Enfin l’été!

Le maraîcher

Enfin une journée qui ressemble à l’été! Un temps parfait pour le désherbage: beau soleil, pas trop chaud, une petite brise qui  caresse. C’est le bonheur!

Laitue Black Seeded Simpson

Black Seeded Simpson et Winter Density

Les laitues sont encore un peu petites, mais j’ai bonne espoir qu’elle prenne du poid avant le premier marché, le 9 juillet.  En premier plan, de belle Black Seeded Simpson verte lime, et en arrière-plan, des Winter Density qui m’ont l’air bien croquantes.  J’ai hâte d’en manger!  🙂

 

 

 


Le printemps le plus long

Le jardin, fin juin 2011

Mon frère me disait récemment que, agronomiquement parlant, sur une échelle de 1 à 10, 2011 se mérite 1. C’est une tradition pour les agriculteurs de se plaindre de la météo, mais cette fois, c’est bien vrai.  Les pluies abondantes en mai ont retardées le début des travaux au champ de quelques semaines, et depuis les températures peine à grimper au dessus 15C.  On a eu, au plus, une dizaine de belles journées depuis la mi-mai.  Bref, le printemps s’étire.

The show must go on, comme on dit.  J’avaient environ trois semaines de retard avec mes premiers semis et transplants, mais je me suis bien rattrapé. Reste que, avec les température fraîches et le manque de soleil, la croissance des légume est lente.  Ça traîne. Je n’aurais pas grand chose au marché au début de juillet, mais j’y serais quand même avec ce qu’on aura.

Parlant de retard, j’en dois vraiment une à ma brune. Sans elle, ce serait bien pire! Le jardin, c’est surtout mon projet depuis le début, mais elle s’y est mis vraiment à fond ce printemps.  C’est elle qui fait les semis intérieurs et qu’y s’occupe du plus gros de la transplantation, sans compter qu’elle passe la bêcheuse.  Sans elle, je ne sais pas ce que j’aurais fait … 🙂

Sur la photo, on peut voir plusieurs rangs couvert de couvertures flottantes.  C’est un tissu agronomique très léger qu’on utilise pour exclure les insectes des cultures sensibles (comme celles de la famille des choux, les brassicas), et réchauffer un peu le sol.  Ça aide beaucoup.  À l’avant-plan, on vois aussi un mini-tunnel recouvert de couverture flottante, sous lequel j’ai transplanté mes patates douces.

Maintenant que le gros des semis est derrière moi, on passe en mode désherbage!