Carottes!

Semence de carotte

Cet hiver, les carottes, j’en fait presque une obsession!  L’été dernier, c’était mon meilleur vendeur au marché, et pour cause: rien ne peut égaler le goût d’une bonne carotte bio fraîchement cueillie.  Les carottes sont tellement meilleures lorsqu’elle sont cultivé sans engrais chimique, ça se goûte tout de suite.  C’est vraiment le légume qui convertit les gens au biologique.

Alors, ce n’est pas surprenant que l’on m’a passé de grosses commandes de carotte pour l’été prochain.  Bien sûr, on va retrouver mes carottes au marché public de la Pointe-Taylor.  Mais aussi, contrairement à l’été dernier, j’espère pouvoir approvisionner les kioskes de la ferme Bourdages (Caplan, St-Siméon, Bonaventure) de la St-Jean jusqu’en septembre.  Mais ce n’est pas tout: mes amis maraîchers de la région m’ont demandés de me joindre à eux l’hiver prochain pour distribuer mes produits via Baie des Saveurs, un réseau de mise en marché de produit régionaux hors-saison, qui effectuent dix livraisons de fruits, légumes et produits transformés durant l’hiver.  Donc, en plus de vendre mes carottes fraîches en botte durant l’été prochain, je vais aussi en vendre en sac durant l’hiver 2012/13.  Tout un contrat!

Cet été, je vais cultivé huit variétés différentes de carotte.  D’abord, Nelson et Mokum, deux variétés très hâtives que j’espère commencer à récolter à la St-Jean.  Ensuite, des carotte de couleurs blanches, jaunes, rouges et mauves, que je vais avoir à mon kioske au courant du mois d’août.  Mais surtout, Bolero, une variété nantaise hybride très performante, qui fait d’excellente carotte de conservation très sucrée et croquante.  C’est celle que je préfère cultiver, puisqu’elle est très vigoureuse et qu’elle fait un feuillage abondant et solide (utile quand on récolte!).  J’essaie aussi pour la première fois Royal Chantenay, une variété à pollinisation ouverte qui est une sélection de Chantenay, le standard de la carotte depuis plusieurs décennies.  En tout et partout, je vais semer 24 planches de 150′, presque la moitié de mon jardin l’été prochain.

Et la culture, ça commence toujours avec de la bonne semence.  Ce que l’on vois sur la photo, c’est environ 75% de mon stock de semence pour la saison 2012.  100,000 graines de Bolero et une livre de semence de Royal Chantenay (environ 200,000 graines) qui arrivent tout juste de William Dam.   Oui, vous avez bien lu: 300,000 graines de carotte, trois cent mille.  Et le pire, c’est que j’ai peur d’en manquer!  Alors, quand je vous dit que les carottes, j’en rêve la nuit, c’est sérieux.  🙂

Publicités

Première commande de semence de la saison

Je viens juste de finir mes commandes de semence et de fourniture pour 2012, et déjà la première arrive!  Cette année, c’est celle de William Dam qui est arrivé la première.  En chemin, une autre commande, un peu plus petite, devrait me parvenir de Johnny’s, un semencier américain très réputé chez les maraîchers bio.

Cette année, j’ai concentré le gros de ma commande chez William Dam, un semencier ontarien.  J’aime faire affaire avec Dam.  D’abord, étant une entreprise canadienne, je n’ai pas de problème avec les douanes quand je commande chez eux.  Ensuite, ils sont vraiment très raisonnable sur les frais de transport: 6.95$, peu importe la grosseur de la commande (par comparaison, une commande plus petite chez Johnny’s me coûte 75$ de frais de transport).  Et contrairement à ce que j’ai écrit sur mon blog l’hiver dernier, Dam est maintenant très rapide sur la livraison: c’est arrivé deux jours après que j’ai passé ma commande.  Mais le plus important, c’est que j’ai toujours été très satisfait de la qualité des semences reçus.  Quand on cultive commercialement, la qualité des semences est primordiale: un mauvais lot peut nous faire perdre beaucoup de temps et d’argent.  Jusqu’à date, William Dam est fidèle à sa devise: des semences de qualité.  Comptez-moi parmi les clients satisfaits!

Pour ceux qui trouvent que c’est tôt pour commander des semences, dites-vous que les premiers semis intérieurs commencent à la fin de février (les oignons sont les premiers à être démarrés).  La saison arrive vite, surtout quand on pense que j’ai commencé les travaux de planification il y a déjà deux mois.  Cette année, avec la serre que j’ai monté en décembre, la saison de culture va commencer beaucoup plus tôt que l’an passé.  Encore deux ou trois semaines tranquilles, et puis ce sera la pédale au plancher jusqu’en octobre.  J’en peux plus d’attendre!  🙂