La chrysomèle rayée du concombre arrive dans la Baie des Chaleurs

La chrysomèle rayée du concombre

Cet été, je vous invite à vous préparer pour et à surveiller l’arrivée d’un nouvel insecte ravageur dans la Baie des Chaleurs: la chrysomèle rayée du concombre.  C’est un ravageur des cucurbitacae (concombre, melon, courge et courgette) qui a le potentiel de faire beaucoup de dommage.  Comme le doryphore (« bibitte à patate »), c’est un insecte très mobile, qui se reproduit rapidement, qui a peu de prédateur, et dont la population a donc le potentiel de croître rapidement.  On l’as rapporté à Nouvelle en 2011, et à Caplan en 2012.

Ma collègue Carole Chartier, dont le jardin est à peine à quelques kilomètre de chez moi, a subi une infestation sévère la saison dernière.  Jusqu’à date, j’ai été épargné sur ma ferme, mais ça pourrait changer rapidement.  Considérant que j’augmente significativement ma culture de concombre et de courge d’hiver cette année, je suis inquiet.  La chrysomèle transporte avec elle la flétrissure bactérienne, qui peut décimer une culture de cucurbit en quelques jours seulement.  Avec un peu de chance, je serais épargné une autre saison!

J’invite donc tout les jardiniers et maraîchers de la Baie à apprendre à l’identifier, et à communiquer sa présence chez vous à vos collègues de la région afin que l’on puisse suivre sa progression.

Un excellente ressource en français: http://eap.mcgill.ca/agrobio/ab320-07.htm

Publicités

5 commentaires on “La chrysomèle rayée du concombre arrive dans la Baie des Chaleurs”

  1. jlhenry dit :

    Grrrrr…..

    J’avais les bouts de doigts tout orange à force d’en écraser… Mais c’est très très long (même avec un petit potager comme le mien) et il faut aller vite avant qu’elles ne pondent!…

    J’ai entendu dire que certains utilisent une sorte d’aspirateurs et que d’autres utilisent le feu. Si tu découvres une bonne technique de régulation, je serais très curieux d’en savoir plus.

  2. Pour le feu, je ne sais pas. Les plants de cucurbit sont délicat, je ne passerait pas la torche dessus (contrairement aux oignons et ail, qui survivent très bien à un traitement thermique).

    Pour le contrôle physique, il faut le faire en début de journée, le matin, quand il fait frais et que les chrysomèle sont encore léthargiques. D’ailleurs, c’est la même chose pour le doryphore. J’ai effectivement l’intention de me patanter un aspirateur à batterie avec un long tube pour faire la cueillette de la chrysomèle et des doryphores. Passer la balayeuse dans les plants de courge et de patate, c’est une belle job à faire faire par un enfant qui veut aider au jardin! 🙂

    Une autre technique que je vais tester: l’argile kaolinite micronisée, vendue sous le nom de Surround. C’est une poudre blanche mouillable dont on peut asperger les plants de légumes, et qui interfère avec les ravageurs. Ce n’est pas une solution parfaite, mais apparement que ca diminue les dommages. On verra bien ce que ca donne. C’est pas très cher, la poche de 25 lbs vaut 40$.

    J’ai aussi l’intention de porter une attention particulière à rendre mon jardin plus accueillant pour les carabe, en laissant des petits tas de pierre où c’est possible. Les carabes sont des prédateurs de plusieurs ravageurs, dont les limaces et les chrysomèles, donc c’est gagnant-gagnant pour moi d’abriter des carabes (et des couleuvres, et des crapauds, etc …)

    • Mi Du dit :

      Bonjour,
      Je suis dans les Laurentides et j’ai fait la connaissance de la chrysomèle l’an dernier. Après plusieurs assassinats matinaux, j’ai tenté une solution d’ail et de piment fort mais je n’avais pas de piment j’ai donc mis de la sauce au piment et à l’ail (tuong ot toi viet-nam avec couvercle vert qui est vendue en épicerie qui semble naturelle selon la liste d’ingrédients) dans ma solution d’ail. J’ai aspergé mes plants de concombres et de courgettes. La population a diminué de façon drastique. Les journées suivantes j’ai continué la chasse manuelle. Plus tard en août, j’ai eu la flétrissure qui est souvent la conséquence de la présence de la chrysomèle. Cette année, j’appliquerai ma solution en prévention et au coeur des extrémités des tiges puisque la chrysomèle semble s’y réfugier.

      Mijanou
      Saint-Colomban

      • Effectivement, les chrysomèle se réfugient principalement à la base du plant, souvent près du point de croissance. Parfois, elles se cachent dans les fleurs, ce qui les rends difficile à atteindre. Bien content d’entendre que l’ail et le piment fonctionnent comme répulsif. Une autre stratégie est de cultiver des variétés de courges d’hiver qui sont particulièrement attirantes pour les chrysomèles (comme la Blue Hubbard) dans une autre section du jardin plus éloignée de la culture de cucurbit principale, pour concentrer l’infestation loin de celle-ci.

  3. Et voilà! Mon répit de chrysomèle a pris fin hier. Elles sont arrivées en force. Je vais devoir commencer à les ramasser … 😦


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s