Canada Crookneck

J’en parle souvent, j’aimerais éventuellement m’approvisionner en semence à pollinisation ouverte chez des semenciers-artisans pour une partie significative de mes cultures.  Dans les fait, je commande encore la grosse majorité de ma semence (principalement des hybrides) chez les semenciers commerciaux.  C’est que pour la plupart de mes cultures, les volumes de semence que j’achète ne sont tous simplement pas disponibles chez les semenciers-artisans (par exemple, j’achète ma semences de carotte en sac de 10,000 ou de 100,000).  De plus, pour un bon nombre de cultures, les variétés les plus performantes sont souvent des hybrides qui sont disponibles seulement chez les grands distributeurs.  Il reste quand même un certain nombre de culture pour lesquelles les variétés à pollinisation ouvertes sont tout à fait indiquées, et pour lesquelles le volume de semence à acheter est raisonnable.  C’est le cas, notamment, des courges d’hiver.

Samedi dernier, au Gardener’s Forum de Hopetown, la conférencière Lyne Bellemare de Semences du patrimoine a présenté quelques exemples de sauvegarde de variété de légume du patrimoine.  Il était question, notamment, de la courge d’hiver Canada Crookneck.

Squash_Canada_Crookneck

Il s’agit d’une courge de l’espèce Cucurbita moschata, de la famille bien connue des butternuts.  Les butternuts sont, d’ailleur, une de mes courges d’hiver préférée, à la chair très sucrée d’une texture crémeuse.  C’est aussi une de celle qui se vend le mieux, et j’ai décidé d’en faire pousser une bonne quantité cette saison, afin d’en offrir durant les marchés d’automne et d’approvionner Baie des saveurs une partie de l’hiver.

La Canada Crookneck est réputée avoir un goût et une texture supérieur à la buttenut conventionnelle.  Elle a, par contre, un défaut fatal: son long cou, relativement mince, est apparement très cassable, ce qui rend sa manutention risquée.  En conséquence, elle a cessée d’être cultivée commercialement, et elle a pratiquement disparu des catalogues de semence il y a belle lurette.  Éventuellement, elle a été adoptée par le projet Ark of Taste de l’organisme Slow Food USA, qui a jugé que cette variété de courge méritait d’être sauvée de l’extinction vu ses qualités gustative particulière.

Comme maraîcher de proximité, c’est important pour moi d’offir à mes clients des produits qui se démarquent, et le goût des légumes que je produis est très important à ce niveau.  J’ai donc décidé de faire l’essai de cette vieille variété la saison prochaine.  Je vais planter environ 15% de mes butternut en Canada Crookneck.  Je n’ai aucune espèce d’idée des résultats.  Est-ce qu’elle va produire dans mes conditions?  Sera-t’elle aussi savoureuse que l’on le prétend?  On verra.  Si vous êtes curieux, venez nous visiter cet automne, au kioske de la ferme ou au marché, et demandez-nous une Canada Crookneck.  Et tiens, pourquoi pas, faites le test et comparez la à une butternut conventionnelle.  Vous m’en donnerz des nouvelles.  Qui sais, peut-être que j’en ferais « ma » variété de butternut dans le futur!

Pour en savoir plus sur la Canada Crookneck, je vous invite à consulter les articles suivants:

Si, par aventure, vous seriez tenté par la culture de la Canada Crookneck, la semence est disponible chez les artisans suivants: